Par quoi commencer ? J'envisageais de raconter chronologiquement depuis la 1ère rencontre quand mon fils était très jeune adolescent dans on pays natal. Et puis non. Je vais le faire à la façon du film "We have to talk about Kevin" (il faut que l'on parle de Kevin) avec des flash-backs et des flah forwards. Donc, je commence par la fin. Avec cette phrase essentielle comme dans le film : "je veux que tu me dises pourquoi". Comme dans le film, je plonge dans mes souvenirs, ceux d'une mère dévastée par la culpabilité et l'incompréhension.

Mon fils sera désigné par le prénom Zacharie et son fils, Luc.

Luc a maintenant un frère et deux soeurs. Leur mère m'a dit que mon fils était leur père. Mais il ne les as pas reconnus à la mairie. Dans un message @, il m'a écrit "je les reconnais si je veux". Donc, ils sont officiellement de père inconnu. C'est ce qui figurera sur leurs documents médicaux, scolaires. Cela me parait invraisemblable. Je ne comprends même pas la démarche. Pour avoir des allocations peut être ? Bref.

Pourquoi, deux mois après la naissance de son premier enfant, Zacharie a t il tous rejetés? Pourquoi en sommes nous là aujourd'hui avec un droit de visite de Luc qui m'a été accordé par un juge ( un samedi par mois dans une association) et 4 plaintes en cours pour non représentation d'enfant contre la mère de mon petit-fils ? Ne pouvait on pas régler cela à l'amiable ?

Je sais que je verrai mes petits-enfants un jour. Je suis patiente. Ils vont grandir. Le 1er porte mon nom. Un jour, ils seront adolescents et adultes. Mais ils vont grandir sans un gros bout de leur histoire. Sans photos de leur famille paternelle biologique et adoptée. Avec des trous dans leurs histoires et sans racines solides. Je me suis renseignée auprès de l'assocation des enfants adoptés qui me conseille. Alors, j'écris à mes petits enfants et je leur envoie des livres.

A partir de quand, aurais-je pû me douter que quelque chose de très grave allait survenir ? Je savais que les enfants adoptés, peuvent être particulièrement bouleversés quand ils deviennent parents à leur tour. J'étais prévenue. Mais, n'y a t il que cela ? Quand  Zacharie m'a demandé de l'argent alors que Luc n'avait que 15 jours et que j'ai refusé ? Quand il m'a demandé 20 euros quelques jours plus tard et que j'ai de nouveau refusé en lui faisant la morale dans une lettre pour lui dire d'aller enfin travailler et de gagner sa vie et celle de son enfant ? Quand sa copine juste majeure (la mère de Luc) que je venais de rencontrer, m'a dit qu'elle était contre l'adoption (!!!), qu'elle avait déjà été enceinte deux fois avant d'être enceinte de mon fils (une fausse couche de jumeaux et un avortement quatre mois avant d'être enceinte de Zacharie). Je ne raconte pas à quel point nos amis présents ont été choqués par ces révélations (moi la fanmi gason!) Quand elle m'a manqué de respect en me faisant dormir sur un canapé pas très propre sans drap, sans oreiller avec juste une vieille couverture ? Quand la mère de sa copine m'a insultée, à la maternité, le jour de la naissance de Luc en me disant que je n'avais rien à faire là et qu'elle était la seule et la "vraie" grand-mère ? Pourquoi, mon 1er petit-fils porte t il le prénom de mon mari en second prénom ? Pourquoi Zacharie était il heureux d'appeler, mes parents, le frère de mon mari, ma soeur, bref sa famille en France, pour annoncer la naissance de Luc?N'ai je été invitée à vivre la naissance de Luc que parce que mon fils et sa copine pensaient que je serais tellement flattée que je paierais indéfiniment pour le bébé et pour eux ?